J’ai testé et j’ai aimé : commander chez Mercerie Extra

Hello !

J’ai eu l’occasion tout récemment de commander de la mercerie pour m’amuser à coudre de la lingerie (on ne se refait pas que voulez-vous), et j’ai donc testé le site Mercerie Extra sur les conseils de Marie Poisson sur son blog. Je me permets donc de rédiger ici un petit avis, qui vous convaincra peut-être d’aller acheter votre mercerie chez eux, car oui, c’est un super site 🙂

Les articles / produits de Mercerie Extra

Tout d’abord, ne vous arrêtez pas à son design très sommaire, voir pas très joli/sexy, c’est une vraie caverne d’Alibaba ! Je crois que c’est la mercerie la plus fournie que j’ai pu trouver en matière… D’élastiques et fils mousse ! Pour coudre de la lingerie, ou faire tout simplement des projets spéciaux avec des souhaits de couleur bien spécifiques, c’est parfait. Il faut compter plus de 50 références de passepoil, une centaine de fils mousse en cônes, plus de 1000 références de zips, plus de 50 élastiques de lingerie différents (et de couleur s’il vous plaît), etc. Par contre, les catégories sont longues à découvrir. Les rayons peuvent faire plusieurs dizaines de pages. La recherche peut donc être fastidieuse mais le moteur de recherche fonctionne bien.

Un autre plus, les prix sont particulièrement attractifs et des réductions sur la quantité sont proposées. Donc vous prendrez vite 5 ou 10 mètres de chaque 😉

La commande et la réception

J’ai commandé beaucoup de choses. Et j’en ai eu pour 50€ maximum. J’ai donc pu profiter des frais de port gratuits par Mondial Relay. Bon, pour faire autant de commande, je vous avoue que j’ai dû en commander des choses. Plusieurs dizaines de mètres d’élastiques, de bobines de fil mousse ou encore de dentelles. Bref, le bonheur. Le lendemain de mon passage de commande, je reçois un petit message agréable et personnalisé qui m’informe que celle-ci est en cours de préparation et sera expédiée le jour-même. Je suis ravie ! Car je sais très bien que pour un site e-commerce, expédier une commande du dimanche soir un lundi est tout de même difficile. Le soir, je reçois un appel sur mon portable vers 19h30 : Eric de Mercerie Extra m’appelle pour m’expliquer qu’il ne pourra expédier ma commande que le mardi. J’ai trouvé ça transparent, honnête, et particulièrement commerçant !

En tout cas, vu la quantité que j’ai commandée et le nombre de références prises, je me demande si ce cher Eric ne s’est pas arraché les cheveux à préparer ma commande 😀 Ca a dû être sacrément long !

J’ai reçu ma commande dans la semaine, comme prévu. Rien ne manque à l’appel, chaque article est emballé dans un plastique zippé, et les lots sont dans des sachets scellés. Impeccable. Par contre un léger bémol pour l’odeur de renfermé des dentelles. Mais un petit coup de machine à laver et plus rien ne devrait sentir.

Avis général sur Mercerie Extra

Bref, mon avis sur mercerie Extra est très positif. Vous pouvez commander les yeux fermés, le service de ce « petit » site est bien au rendez-vous. Cependant, si il grossit, je me doute que le gérant n’aura pas forcément le temps de mettre un petit mot à chaque client(e) ;-). Bref, Mercerie Extra a tout bon et mérite d’être plus connue !

  • Les plus :
    • Choix
    • Prix
    • Service client
  • Les moins :
    • Design (il y a bien un intégrateur Prestashop quelque part qui peut proposer un coup de main, non ? ^^)

Vous souhaitez découvrir la boutique vous aussi et vous ruiner en mercerie ? Rendez-vous ici !

Merci de m’avoir lue et à bientôt !

« Ma collection point de croix » numéro 1 : mon avis

Cette semaine, j’ai reçu la newsletter DMC qui annonçait la sortie du nouveau magazine « Ma collection point de croix » avec des fils de la marque. Ni une, ni deux, je suis allée voir sur le site pour en savoir plus. Il s’agit d’un magazine pas cher du tout au départ et dont le prix augmente au fil des numéros. 1,99€ le premier volume, je me suis laissée tenter, surtout que j’aime bien avoir toujours plus de fils à broder 😉

Je me suis donc rendue dans ma presse et j’ai acheté le numéro. Drôle de surprise, il était vendu avec le Femme Actuelle de la semaine, donc ça m’a fait un peu plus cher. Le numéro comporte des accessoires parfaits pour débuter la broderie au point de croix, à savoir :

  • Un fascicule avec des modèles
  • 4 échevettes de fil mouliné DMC
  • 1 serviette à broder blanche en coton
  • 1 aiguille à gros chas à bout rond

J’étais ravie à l’achat. Mais en y regardant de plus près, je me suis rendue compte que le fil DMC ne fait que 4 mètres et non pas 8 comme d’habitude. Ce n’est pas un mauvais point, ça justifie le prix de ce premier numéro à mon avis. Mais est-ce que les échevettes suivantes seront aussi de cette même longueur ? Compte tenu du prix grandissant, j’espère que ce sera le cas. Les modèles du livret sont plutôt sympa. Cependant, il faut aimer les fleurs car le projet de « Ma collection point de croix » est de broder un ensemble de table sur le thème floral. Les autres modèles sont là pour le plaisir et ne s’adaptent pas à la serviette. D’ailleurs, d’après les copyrights, certains des motifs sont inspirés de livres existants déjà dans les librairie. La serviette quant à elle, est plutôt grande et est composé de 5 carrés en toile aïda en alternance avec des carrés de tissu. L’aiguille fournie me semble de bonne facture quoiqu’un peu grosse pour broder avec deux brins de mouliné.

En bref, je pense que pour 1,99€, ce premier numéro de Ma collection point de croix est parfait pour une initiation à la broderie au point compté. Les fleurs sont faciles à faire. Les fournitures vous serviront à faire le projet, mais je ne pense pas que vous pourrez faire beaucoup plus. Il vous faudra racheter du fil. Ensuite, on pouvait s’attendre à un ensemble floral un peu plus moderne et travaillé. Mais là encore, je pense que l’éditeur a voulu faire simple pour toucher le plus grand monde.

Si vous débutez le point de croix, c’est idéal. Les plus chevronnées hésiteront peut-être mais se laisseront peut-être tenter par le fascicule et les 4 échevettes pour compléter leur collection. Attention cependant à l’offre d’abonnement qui revient très vite cher… En effet, il faut presque compter 45/50€ pour les envois à partir du numéro 8. Ouch. Vous recevrez toutes les 6 semaines, 6 numéros. Ca fait beaucoup d’un coup. Lisez bien les conditions d’abonnement avant de vous engager 😉

Voilà 🙂 Je vous dis à la semaine prochaine pour vous présenter mon dernier biscornu.

Et bien sûr, meilleurs voeux pour cette année 2017 !

Patron Aime comme Miss : la déception

Il y a longtemps, bien longtemps, j’avais acheté le patron Aime comme Miss de Aime comme Marie. Ce petit débardeur réversible me faisait fortement envie surtout que j’avais trouvé l’association parfaite avec mon tissu Liberty coup de coeur, le Kayoko version bleue. En étudiant le patron, je me suis dit qu’il était chouette car sans pinces. Grossière erreur de 1h du matin. Breeef. J’ai cousu très rapidement ce top Miss, et en effet, le projet est gratifiant. Les explications sont faciles à suivre. Mais j’aurais dû faire une toile avant. J’ai suivi les indications concernant le tissu et ait pris donc le fameux Liberty Kayoko au style japonisant que j’adore, et une doublure en tissu bleu nuit par Frou Frou. Les bretelles sont en cordon Kayoko.

Comme vous pouvez le voir sur les photos, la réalisation est simple, le projet est plutôt joli…

… Mais une fois porté, catastrophe ! On me voit tout le soutien-gorge et l’effet sac est à son maximum. Bref, gros problème de morphologie. Le patron Aime comme Miss n’est pas taillé pour les formes en « 8 ». J’ai la taille fine, ce qui ne se voit absolument pas, je suis cambrée, j’ai de la poitrine (bonnet D) et des hanches de percheron, et là on ne voit que ça. La coupe ne me convient donc pas. Il faudrait que j’ajoute des pinces de poitrine à minima, mais j’ai une grosse flemme. Bref. Une couture pour rien et un patron acheté pour rien. J’ai eu envie de pleurer, surtout au prix du Liberty. Mais bon, ça m’apprendra à ne pas faire de toile.

Cependant, comme je me dis qu’il y a peut-être quelqu’un qui aura le coup de coeur, si vous êtes intéressé par un échange de réalisation (pas de vente, c’est interdit)… Il a été coupé en taille LL, et les ourlets ne sont pas faits.

Sachez donc que si vous avez une morphologie très féminine, le patron Aime comme Miss ne sera certainement pas pour vous. En tout cas, pas si vous avez de la poitrine. Bouh.

Quelle est la différence entre les pressions Kam et Prym ?

Bonjour ! Je m’amuse toujours autant avec ma pince Kam, et j’ai récemment cherché des « recharges » et des couleurs que je n’avais pas. Je me demandais aussi depuis un moment la différence entre les boutons pression Kam et ceux de la marque Prym. J’ai donc récemment acheté les 2 pour enfin comparer les marques, et connaître leur compatibilité. La ressemblance est à s’y méprendre, les 2 marques proposent les mêmes formes et presque les mêmes coloris. Il fallait donc que je sache ! 😉

Photo comparative

En rose une pression Kam, en turquoise, une pression Prym snaps.

Différence-pression-kam-prym-snaps

Voici mes quelques remarques

  • L’élément mâle des pressions Kam possède des petits points d’accroche en « relief », alors que les Prym sont lisses. A voir dans le temps si il y a une différence de tenue grâce à ça ou pas.
  • La taille des chapeaux et piques sont identiques. L’un est gravé Kam à l’intérieur, chez Prym, c’est la taille.
  • La pose des pressions Prym est parfaite à la pince Kam. J’en déduis donc que l’on peut tout à fait poser des pressions Kam avec la pince Vario de Prym (avec les embouts spécial « color snaps »)

Pour aller plus loin : découvrez mon tuto pour poser une pression avec la pince Kam ici.

Et voilà pour ma petite « étude ». J’espère que cela pourra vous servir pour vos prochains achats et que ça répondra à certaines questions. Au prochain article, je vous montrerai la boîte de rangement que j’utilise, qui est plutôt incongrue. A bientôt 🙂

La pince KAM, comment ça marche ? (tuto + avis)

Je me suis récemment acheté une pince KAM et un lot de boutons pression de toutes les couleurs. Ca fait des années que j’en entends parler, on en a rentré au boulot, mais je n’avais jamais sauté le pas. Je suis donc toute contente de vous dire que j’ai enfin une pince KAM et tout plein de pressions à poser partout ! Je l’ai utilisée plusieurs fois pour faire les fermetures de petites pochettes en simili cuir. Et je crois que j’aurai désormais du mal à m’en passer 😉

Cet « petit » article va donc vous exposer mon avis sur la bête en question, mais je vous ai aussi préparé un tuto pour vous en apprendre le mode d’emploi, qui même simplissime, vous éclairera peut-être sur son utilisation.

Pince-kam-pression-avis

La pince KAM, c’est quoi ?

KAM est un système de fermeture par bouton pression en résine. Chaque bouton se pose à l’aide d’une pince spéciale, en 2 temps : partie mâle et partie femelle. Vous en voyez peut-être souvent sur les vêtements pour enfants et les couches lavables par exemple. En effet, elles possèdent 2 gros avantages : la résine (plastique) est moins allergène que le métal, et les couleurs et formes sont quasi illimitées !

La pince est fabriquée en aluminium, ce qui la rend légère, et les pressions sont en polyrésine plastique. Les boutons sont trouvables en plusieurs tailles, mais les plus communes que l’on trouve en France sont de 12,4 mm (1,24 cm), soit la « taille 20 » ou encore « T5 ». Il existe plus de 100 couleurs différentes pour le format rond, et vous pourrez aussi trouver des formes fantaisies comme des étoiles, des fleurs ou des coeurs. Certaines versions sont même gravées. Bref, il y a de quoi vous amuser !

  • Voir toutes les couleurs existantes [clic]
  • Voir les différentes formes fantaisies [clic]

Acheter la pince KAM

J’ai étudié les prix de plusieurs boutiques en ligne avant de faire mon choix. Je voulais idéalement la « vraie » pince KAM (il y a d’autres marques), et plein de couleurs. Le tout, pas forcément en grande quantité, et je n’étais pas particulièrement pressée. J’ai donc fait les calculs articles façon kit (pince + lot de pressions) + frais de port suivants :

  • Bio Tissus : 22.95€ = pince + 20 pressions + fdp (France)
  • Crea4mains : 34.35€ = pince + 150 pressions + fdp
  • Pikebou : 30.50€ = pince + 95 pressions + fdp
  • Amazon : 22.80€ = pince + 300 pressions + 0 fdp (Chine)

Mon choix s’est donc porté sur Amazon qui offre un plus grand choix, mais une livraison longue (entre 10 et 30 jours). Je ne vous mettrai malheureusement pas le lien car le kit que j’ai acheté est passé à 33€ à ce jour ! Mais je ne peux que vous recommander de comparer les prix et de savoir ce que vous souhaitez. Si vous désirez que 2/3 couleurs de pressions, achetez en France, vous gagnerez du temps 🙂

Nb : pour les personnes qui ont la pince Vario de Prym, il semblerait qu’avec les bons embouts, vous pouvez poser des pressions KAM standards !

Tuto : comment poser une pression KAM ?

Nous y arrivons ! Donc une fois votre petit colis reçu, il est temps de vous mettre au travail !

Veillez tout d’abord à ce que votre matière soit un petit peu épaisse : cuir, simili, 2 couches de coton, etc. Car votre tissu devra résister aux mouvements répétitifs. J’ai testé sur une couche de simili + coton, et une couche simili fin + molleton + coton Liberty (pour ce tuto). Un poinçon pourra vous être très utile pour trouer vos matières avant la pose.

Une pression KAM est composée de 4 parties : 2 piques + 1 partie mâle + 1 partie femelle. Pour vérifier que vous avez les bons éléments, emboîtez-les, puis désolidarisez-les avec un petit tournevis.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voici les étapes du tuto pour poser une pression KAM :

  1. Rassemblez les 4 éléments de votre bouton pression. Faîtes un petit trou sur le tissu.
  2. Placez une partie « pique » dans le trou, le rond de la pression vers l’extérieur.
  3. Poser la partie « femelle » par-dessus la « pique ». Ces éléments vont légèrement s’emboîter.
  4. Positionnez votre pince KAM, côté bas emboité dans la pression ronde, et partie blanche contre la « pique ». Appuyez fortement.
  5. Votre « pique » est écrasée, et la première partie de votre bouton pression est posé.
  6. Répétez les opérations pour la partie « mâle ».

Et c’est tout ! 🙂

Mon avis

Après la pose de 6 pressions KAM à ce jour, je peux vous dire que je suis conquise. Je ne suis pas allergique aux boutonnières en couture, mais je suis un peu flemmarde (oui, d’où la baseline de ce blog ^^). Voici les principaux avantages que je trouve à tout cela :

  • Facilité de pose. En 2 minutes c’est fait !
  • Large choix de couleurs et de formes. Il y en a donc pour tous les goûts et projets.

J’y ai toutefois trouvé un petit inconvénient : la pince KAM ne pose que des pressions. Donc si vous souhaitez par exemple poser des oeillets, elle ne sera pas suffisante, et il faudra alors vous tourner vers la pince Vario de Prym.

Il existe aussi des autres marques qui proposent un équivalent de la pince KAM, comme la marque Philipps. Je ne l’ai pas essayée, mais visuellement, elle semble identique. Pensez aussi, accessoirement, à rapidement investir dans une boîte de rangement à compartiments pour ranger votre accumulation de pressions en résine ! 😉

J’ai testé et adopté : le coloriage anti-stress pour adulte

On en parle beaucoup depuis quelques mois, et en bonne accro aux loisirs créatifs, ma curiosité a été la plus forte : je me suis donc lancée dans les fameux coloriages pour adultes. Les principales vertus annoncées ? Destresser et déconnecter en coloriant de jolis mandalas, jardins, et autres motifs. Après une bonne dizaine d’heures passées à colorier, voici mon avis et mes petits conseils 🙂

Les cahiers de coloriage pour adulte

Tout d’abord, ne cherchez pas ces livres au rayon loisirs créatifs. Direction le rayon « bien-être » de votre librairie (j’avoue avoir cherché un moment ^^;). Il existe plusieurs éditeurs, qui chacun propose des thèmes. Pour les plus célèbres, nous pouvons citer Hachette loisirs et Marabout. Le plus « basique » des livres de coloriage que j’ai pu trouver est « 100 coloriages anti-stress » et « 100 nouveaux coloriages anti-stress ». Ils regroupent des motifs baroques, végétaux, mandalas, paisleys, patterns, etc. Parfait lorsqu’on ne sait pas lequel choisir comme moi qui hésite toujours et qu’on finit par tout acheter (mauvaise idée pour mon compte bancaire ^^).

Vous pourrez aussi trouver d’autres thèmes comme « Les 1001 nuits », « Celtique », « Jardins extraordinaires », « Zen », « Mandalas », « Vintage », « Cupcakes », « Tatouages », etc. Il y en a vraiment pour tous les goûts. Les dessins sont souvent poétiques et élégants. Je les trouve même assez féminins. Il existe aussi des cahiers de coloriage pour adulte dans des versions plus figuratives, et ils sont trouvables facilement sur Amaz*n en tapant « Coloring book« . Vous pourrez ainsi trouver à tout petit prix des thèmes « Papillons », « Vampires », « Animaux sauvages », etc.

wpid-20140610_204819.jpg

Lire la suite

J’ai testé et adopté : la liseuse Kindle Paperwhite

Un long article qui n’est pas consacré aux loisirs créatifs et à la couture pour une fois !

Pour mon anniversaire cette année, j’ai eu le plaisir de recevoir un Kindle Paperwhite, la liseuse d’Amazon. Accro aux livres papiers, j’ai mis 6 mois avant de franchir le cap du livre électronique, et pour cause, certains auteurs peu connus ne sortent leur livre qu’en édition numérique. Ou bien certains éditeurs ne relancent pas un tirage papier d’un livre (et la version occasion reste rare), mais le proposent désormais en numérique. Je me suis donc longtemps posée la question de l’utilité d’une liseuse, mais ces derniers arguments ont achevé de me décider.

Une chose est sûre, je suis une grosse lectrice. Je lis dès que je peux, mais parfois prendre mon livre dans mon sac à main le fait souffrir (pages cornées entre autre), et ma bibliothèque manque de place.

photo 2

Lire la suite